Lyon’s surroundings : what to do.

musée du chapeau article

Qu’y a-t-il à faire autour de Lyon le week-end (ou même la semaine !) ??

What can we do the week-end (and even the week) around Lyon ??
Hat fashion

Credit : Vogue

Me voilà de retour après ces deux dernières semaines assez éprouvantes ! Je n’ai pas encore fait de post à propos de ma nouvelle vie sur Lyon, en voici un pour commencer…
Hey, I am finally back after two intensive weeks ! I did not write about my  new life in Lyon. So here is one post to begin about…

Hier, dans le cadre de mes études à l’Université de la Mode, j’ai eu la chance de pouvoir visiter en une journée avec ma promo le Musée du Chapeau, situé à Chazelles-sur-Lyon, ainsi que l’industrie textile Deveaux à Saint-Vincent-de-Reins. Journée très enrichissante, je ne m’y connaissais que moyennement sur le chapeau, n’en portant pas tellement, j’avoue que j’avais tout à découvrir !
Yesterday, within the scope of the fashion University schedule where I am currently doing the master, I have been lucky to visit both the Hat Museum in Chazelles-sur-Lyon and the textile-industry Deveaux in Saint-Vincent-de-Reins the same day. That was an enriching day. As  I do not wear hat so often, I did not know a lot about it in general. I had consequently a lot to discover !

Le Musée du Chapeau de Chazelles, anciennement l’industrie de chapeaux elle-même, est un des rares commerces restants à fabriquer artisanalement ses chapeaux en feutre de lapin. Grâce à notre guide, nous avons pu suivre tout le processus de fabrication des chapeaux, en partant du simple poil de lapin au chapeau final. Via la base d’un début de chapeau oval, il est par la suite possible de faire toutes les formes de chapeaux possibles à la main, mais également à l’aide de vieilles machines. Il y en a donc pour tout les goûts : coiffures ornées, voiles, hauts de forme, borsalinos, falbalas, cloches 20’s, canotiers, capelines, etc.
The Hat Museum of Chazelles, which was also a hat industry during the past, is one of the still existing businesses to produce handmade rabbit-felt hats. Thanks to the museum tourist guide we could have followed the whole hat making process from the rabbit fur to the closing process of the hat. By working from the basis of an oval rabitt-felt-hat, all kind of hat-shapes are handmade feasible thanks to the use of old industrial tools. In fact it takes all sorts to make a world, you can consequently find in this museum hats like: ornate hairstyles, veils, top hats, borsalinos, fineries, 20’s hats, canotiers, capelines, etc.

plumes et chapeauxboite a chapeaux

boite a chapeau

plume oiseau

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Musée du Chapeau a sa propre marque, donc, mais revend également les produits d’autres prestataires. J’ai personnellement craqué sur ce petit headband en feutre de lapin à poils plutôt longs, à motifs léopard et détail noeud en cuir… ♡

As a consequence the Hat Museum owns its own brand but also resells hats from other makers. I personally adored this  little rabbit-felt headband with leopard patterns and the leather detail… ♡

Headband

Concernant la visite de l’industrie textile Deveaux, également une des rares restantes en France, je suis restée estomaquée face aux machines permettant de créer les tissus. Tous ces fils dans les airs reliées entre eux de rouleaux initiaux et à la machine elle-même… C’est assez impressionnant, d’autant plus quand on sait que chaque fil doit passer dans un trou bien particulier afin de créer le bon motif sur le tissu final, et que ce travail est fait à la main (certes, une fois, à la mise en place, mais quand même !). Malheureusement, on nous a notifié que les photos prises lors de la visite doivent être utilisées à titre académique seulement, je ne peux donc les partager dans mon article. Mais je suis sûre que vous trouverez quelques vidéos de démonstration sur notre cher ami Youtube !
Concerning the visit of the textile-industry which is also one of the last that still exist in France, I have been amazed face to the tools that allow to create the fabrics. All those threads in the air linked among them from their bolls to the machine… That is quite impressive all the more so because every little thread has to pass in a specific machine-eye in order to create the good pattern for the final fabric. This work is making by hand (obviously only one time but still…). Unfortunately we have been said that pictures taken during the visit only have to be used personally. I can’t in this case share anything in my post, but I’m sure you will find a few demonstration model-videos on our dear friend Youtube !

With Love, Margot.

Written by

4 Comments

  • GiniJ

    J’adoooore le chapeau cloche à pois !!! Vive les pois indémodables <3
    Merci pour cet instructif et joli partage
    GiniJ 😉

    • Margot Meunier

      Ah, maman, justement, le chapeau cloche à pois a été pris spécialement pour toi, j’étais censée te l’envoyer, haha ! Comme quoi, je ne me trompe pas… 😉
      Merci mamounette, bisous <3

  • develay

    Intéressant ton article sur le musée des chapeaux. A double titre pour moi dans le sens où ma soeur était MODISTE. Elle créait ses modèles à partir d’un morceau de feutre en le modelant sur une tête à chapeau.
    Ses créations ont fait les beaux jours de nombreuses jeunes filles et jeunes femmes : coiffures de mariées (ta mère et Céline, en autres) bonnets de Catherinettes, chapeaux de cérémonie pour dames.
    La photo qui m’a le plus bluffée c’est celle des cartons à chapeaux : ma soeur s’appelle Paulette.

    • Margot Meunier

      Wow, c’est impressionnant, Mondy !
      J’ai personnellement adoré ces petites boites à chapeaux trop mimi, si seulement j’avais pu ramener la Paulette avec moi… 😉
      Merci en tout cas pour ton petit commentaire <3

      Des bisous !

LEAVE A COMMENT